UBBC - Finishers

UBBC – In D+ We Trust

UBBC, quésako ? Que se cache-t-il donc derrière cet énième sigle de l’univers course à pied, et notamment du trail ?

Ultra Boucle des Buttes Chaumont, ou Une Bien Belle Course, diraient certains. 

Le principe ? A Paris on a pas de montagne, on galère pour s’entraîner, mais on a quand même quelques idées. Quelques bénévoles dévoués, un parc des Buttes Chaumont ouvert toute la nuit, des montées et des descentes, des coureurs cinglés prêts à relever le défi, une ambiance de fou, voilà ce que c’est l’UBBC.

Avec sa 4e édition, le succès de cette course “off” (comprendre non officielle) ne se dément pas, et les quelques 100 dossards partent comme des petits pains (ou des TUC, pour les traileurs). Décrit comme une “jolie balade à travers le parc le plus romantique le plus pittoresque et le plus escarpé de Paris” ou encore “un parcours vallonné et paysager qui emprunte tous les passages emblématiques du parc et vous fera découvrir de nouveaux horizons à chaque tour”, l’UBBC se renouvelle par une nouvelle boucle chaque année, de nouveaux enchaînements de montées et descentes, pour faire chaque fois davantage souffrir les cuissots. Un beau tour de 4,5 kms et presque 170m de D+ nous attendait pour cette nouvelle édition.

Autre grand attrait de la course, et pas des moindres : pas de participation financière ici, c’est gratuit, seul suffit la participation au ravitaillement commun, qui n’en rend que plus conviviale l’ambiance de cette folie.

Comment on se retrouve à participer à ça ?

Ensuite, c’est l’engrenage habituel, un compère d’entraînement voit passer l’événement, vous chauffe à relever le défi, et sans que vous vous en rendiez compte vous vous retrouvez en bande de potes à vous être inscrits pour 8 boucles. Un mercredi soir, entre deux journées de boulot. Déjà, sur le papier, ça ne paraissait pas franchement très malin. Sympathique, un peu tête brûlée. Mais quand en plus il a fallu que nous tombe sur la tête une vilaine canicule, ça en est devenu tout simplement une bonne idée bien débile. Préparez le testament, vous n’êtes pas sûr de survivre à la soirée !

Après moultes discussions sur la stratégie de course (la seule qui valait étant de survivre) et comment cacher une idée aussi saugrenue à sa famille et collègues (imaginez leur tête quand vous quittez le bureau en tenue de sport à 17h par 39°C), nous voici donc en route pour les Buttes et une longue soirée de course.

Comme il ne fait pas tous les jours 39°C (et heureusement), nous autres petits zozos parisiens ne sommes pas très rassurés et adaptés à la course en atmosphère suffocante. C’est simple, on en transpire déjà avant même de commencer ! Combien de temps avant de dire à haute voix que c’était vraiment une idée débile ?

Une petite photo de groupe avant le départ (tant qu’on est encore présentables, et vivants), un coup d’eau fraîche, pas mal d’eau dans le sac d’hydratation, et à 18h40 c’est le grand départ pour la première boucle.

UBBC - Avant le départ

Chauds comme des poulets dans une rôtissoire

Tout de suite, nous prenons un rythme très tranquille, à l’économie, pour mieux supporter la chaleur et en prévision des nombreux kilomètres qui nous attendent. A mesure que nous avançons, nous ne pouvons qu’admirer le travail des organisateurs bénévoles, qui ont impeccablement balisé la boucle à suivre. Ca tourne, ça retourne, ça monte, ça descend, pas trop de temps mort, on passe par une bonne partie des chemins du parc et on a pas le temps de s’ennuyer. 

Nous restons tous ensemble durant cette première boucle, concluant ce tour et le ravitaillement qui s’ensuit en un peu plus d’une demie-heure. Ce sera à peu près le temps qu’il nous faudra pour boucler chaque tour, avec des durées de pause manger-boire plus ou moins longues. Quelques fruits, un bon coup d’eau fraîche sur la tête, et c’est reparti.

Le groupe se disloque un peu plus, mais nous restons ensemble avec Julian et Charles. Les kilomètres et les tours passent, dans la joie et la bonne humeur, en papotant tranquillement au rythme des détours. Le tout toujours accueillis par les vivas et la bonne humeur des bénévoles et autres coureurs lorsque nous revenons au point d’arrivée et au ravitaillement. 

Les morceaux de banane s’enchaînent, les litres d’eau également. Les deux premiers tours furent particulièrement étouffants sous les chaleurs caniculaires, mais peu à peu la température “semble” baisser. Elle est en tout cas plus supportable, même si elle continue de taper sur les organismes. 

Pas de bobos pour l’instant, tout se passe bien, très bien même. Je me sens en pleine forme, les kilomètres défilent très facilement, une vraie promenade de santé malgré le dénivelé et la chaleur. Seul bémol : tous ces apéros qui nous entourent peuvent pousser à se poser des questions sur pourquoi nous préférons courir plusieurs dizaines de kilomètres par une soirée torride, plutôt que de boire du rosé comme tout parisien normalement constitué. Mais cela relève davantage de la psychiatrie.

UBBC - 4 Tours

Nous sommes rejoints vers la mi-parcours par d’autres coureurs venus tourner un peu avec nous, notamment Seb qui ira jusqu’au bout avec nous. A mesure que nous avançons, l’heure tourne et le soleil décroît. La chaleur se fait moins oppressante, mais la luminosité moins présente également. Je sens que je commence à prendre un peu plus le large par rapport à mes camarades, bénéficiant de mon excellent état de forme du soir. Je pousse un peu davantage sur le 6e tour, pour voir ce que ça donne, liévré par Seb, et afin de rejoindre le ravitaillement avant les dernières lueurs du jour.

Fin à la lueur des frontales 

UBBC - 6 Tours

 

Dès lors, c’est une nouvelle course qui commence encore, avec de nouvelles sensations : dans la semi-obscurité du parc, aidés de nos lampes frontales. Mais surtout de notre connaissance du parcours aiguisée par les 6 tours précédents. Les corps peuvent commencer à faiblir, mais la détermination à finir, elle, ne fléchit pas.

Nous filons donc désormais de nuit sur nos derniers kilomètres, profitant ici d’une fontaine pour nous rafraîchir, là de fruits bienvenus pour reprendre des forces. Les pique-niqueurs eux-mêmes semblent avoir enfin compris que quelque chose doit se passer, nous voyant passer depuis des heures, cette fois-ci à la lueur des frontales. 

Nous franchissons enfin la ligne d’arrivée de ce 8e tour vers 23h40, au bout de presque 5h de course (pauses comprises), heureux et fiers d’avoir partagé ensemble ce qui restera une folie, une dinguerie, mais surtout une sacrée belle aventure. Frais à l’arrivée, pas de fatigue particulière, les jambes encore en forme, pas de courbatures le lendemain, que du bonheur !

 

Ce fut un événement de folie, dans une belle ambiance de partage, sous la bienveillance d’organisateurs et de bénévoles au top, qui nous auront fait vivre une bien belle soirée. Si sur le papier, ça paraissait totalement absurde de vouloir faire 37 kilomètres et 1300m de D+ un soir d’été, cela restera en pratique une expérience de fou, dans le bon sens du terme. 

 

Merci aux organisateurs et bénévoles de l’UBBC, et sûrement à l’année prochaine !

UBBC - Finishers

PARTAGER CE POST

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu