Pointe de la Coubre

Dimanche 26 Mai 2019, Jour 5, Rochefort – Ile d’Oléron – Royan

Et c’est reparti pour une nouvelle journée, avec un bon petit-déjeuner dans le ventre. En effet, pour une fois un petit-déjeuner illimité était compris dans la nuitée. Autant dire que j’en ai bien profité pour me remplir la panse de pain, confiture et croissants. Il faut des forces pour pédaler.

Cheminer à travers marais

Une fois en selle, je prends la direction du pont transbordeur, pour traverser la Charente. Mais celui-ci ne semble plus fonctionner malheureusement, contrairement à mes espérances. Plan B : passer par la grande route, un immense pont à plusieurs voies qui franchit le fleuve. Heureusement, il n’est que 7h30 et la circulation est très faible, vu que nous sommes dimanche matin. Ouf.

Je passe ensuite à travers différents petits villages pour rejoindre la piste cyclable tracée le long des canaux. Nous sommes à nouveau au beau milieu des marais, au calme, au milieu des vaches, et le plus difficile maintenant est de ne pas se perdre entre les différents chemins.

Après quelques hésitations sur la route à prendre, j’arrive enfin à Marennes, connu pour ses fameux parcs à huitres. Puis prends la direction du pont d’Oléron pour rejoindre l’île du même nom. Celui-ci étant plus vieux que son homologue de l’île de Ré, pas de voie séparée pour les vélos ici. Il faudra faire avec et compter sur les automobilistes pour ne pas me foncer dessus.

Voyage sur l’île d’Oléron

Une fois arrivé sur l’ile, je prends directement la direction du Château d’Oléron, ville la plus proche, et sa citadelle. Là, une petite balade me permet d’en visiter les remparts, avec la vue au loin sur le Fort Boyard. Ou comment avoir la voix du Père Fouras et la musique de la célèbre émission dans la tête pour un moment.

A quelques pas de là se trouvent des petites maisons colorées d’artisans et restaurateurs, très touristiques et très photogéniques surtout.

Je reprends le vélo et repars à l’assaut de la route, en direction des villes suivantes à découvrir : Dolus d’Oléron, St Pierre d’Oléron et St Georges d’Oléron. Beaucoup moins de pistes cyclables ici, et je me retrouve la plupart du temps sur des départementales assez fréquentées, jusqu’on est le dimanche midi. De plus, bien que le centre de St Pierre d’Oléron reste agréable pour s’y promener, je n’y retrouve pas le charme particulier que j’avais tant aimé sur l’île de Ré.

Je préfère donc partir en direction de la côte sud de l’île, et repartir dans l’autre sens en longeant les plages de sable fin. Paysage et lieu qui me sied bien davantage pour la pause-déjeuner du jour. Qui, comme d’habitude, sera constitué de tartines. J’en aurais mangé du pain de mie pendant ce périple.

Changement de paysage

Revenu sur le continent après un retour par le pont, je repasse par Marennes, mais prend cette fois-ci la direction du sud. Un passage par le viaduc pour franchir La Seuvre, et le paysage change radicalement. Une fois dépassé Ronce-les-Bains, la piste s’enfonce dans les forêts de La Tremblade et la Coubre, à proximité de la plage. Alors que la matinée avait davantage été marquée par des marais et les grandes routes départementales, je suis désormais de grands chemins forestiers bien rectilignes sur des kilomètres.

Ça roule bien, c’est calme, c’est vert, avec des arbres à droite, à gauche, partout. Changement de décor. Plus encore, alors que jusqu’ici les paysages que j’avais vus de la côte étaient des sols rocheux et des récifs, je suis désormais en présence de vastes étendues de sable fin, comme je peux le voir en arrivant au niveau de la pointe de la Coubre. L’influence des Landes qui se rapprochent se fait sentir.

Je prends plaisir à sentir le contact du sable chaud sur mes pieds nus, à me faufiler entre les dunes, à admirer les vagues au loin, à m’allonger sur ces immenses plages. Rien à voir avec ce que j’avais vu jusqu’ici. Et ce changement de paysage apporte un vent de renouveau à ce voyage.

Le phare de la Coubre est également un élément à voir et admirer au milieu de toutes ces dunes. D’autant plus avec cette glace bienvenue que je m’offre sur la plage. Oui, il fait chaud, il fait beau, je suis fatigué, et je me suis bien dépensé. Il s’agirait de faire quelques réserves pour les quelques kilomètres restants.

Une dernière portion m’attend entre La Palmyre et Royan, assez fréquentée, et en bonne partie en ville. Ce qui rend la progression assez lente entre les feux rouges et les passants. Mais me voilà enfin bien arrivé à Royan, et rapidement au calme dans le Airbnb d’arrivée, auprès d’une famille très accueillante. Une douche, une bonne balade dans Royan, une bonne pizza (pizza lover, toujours), un bon dodo. Demain est un autre jour. 

PARTAGER CE POST

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu