Biking Trip - Jour 8 - Martigues 1

Aix en Provence – Arles : Variante Sud, entre beautés lacustres et moustiques

Et c’est reparti ! Pour encore une journée folle, folle notamment par le nombre de kms à parcourir aujourd’hui. En effet, au vu de la distance prévue, et de ma tendance à sous-estimer les kms et surtout à ne pas prendre la bonne route, cela s’annonce comme le parcours le plus long depuis le début de ce biking trip. Après quelques jours un peu plus « light », retour aux longues distances !

Objectif variante sud

Je repars donc d’Aix en Provence de bon matin, direction Arles. Oui direction Arles de nouveau. Mais cette fois-ci en prenant une route totalement différente, puisque je vais passer par une variante sud, en prenant par l’étang de Berre et en passant en Camargue. Une foule de paysages différents nous attend donc pour cette 8e journée. Cela tombe bien après la journée précédente qui avait été un peu décevante à ce niveau.

Je pars donc direction plein ouest vers l’étang de Berre et la première grosse pause prévue aujourd’hui : Martigues. J’ai, bien entendu, grâce à de savants stratagèmes comme suivre Google Maps (erreur) et un sens de l’orientation hors pair (bravo), encore fait des kms en plus en passant par des endroits pas très recommandés comme des chemins de terre, ou encore des grosses départementales où les voitures se demandaient ce que je faisais là.

Beautés azur

J’arrive néanmoins tant bien que mal à proximité de l’objectif, en passant tout d’abord par Vitrolles, puis Châteauneuf-les-Martigues, et enfin Martigues. Le chemin me laisse au passage des vues magnifiques sur l’étang, et quelques pauses s’imposent pour aller profiter de ce vaste espace lacustre. Le calme et la beauté des lieux sont apaisants et offrent un répit bienvenu avant de reprendre la route.

Nouvelle pause également à Martigues pour le déjeuner. Une petite ville tout mignonne et très colorée dans son centre. Voir les nombreux bateaux amarrés au port, prêts à naviguer sur cette vaste étendue d’eau me fait instantanément penser à la Méditerranée que je m’apprête à rejoindre bientôt. Les paysages sont magnifiques, ici comme à Istres, prochaine ville que je croise le long de l’étang.

Arrivée en Camargue sur les rotules

Je repars ensuite en direction de la Camargue pour une toute nouvelle phase de la journée, et notamment vers les Saintes-Maries-du-Mont, situées tout au sud du Rhône, et point final de la ViaRhôna (la véloroute que j’avais pris au début de ce biking trip). Le trajet est assez pénible. Tout d’abord parce que je n’ai pas d’autre choix que de prendre des départementales pour rejoindre mon point de mire. En effet, pas beaucoup de routes dans le coin  afin de préserver le milieu naturel, si bien que les possibilités sont assez restreintes. Je commence également à vraiment fatiguer et les derniers kms avant d’arriver aux Saintes-Marie-du-Mont sont très difficiles et éprouvants. Je fais des petites pauses régulièrement afin de reprendre un peu d’énergie pour continuer la route.

J’arrive enfin à destination en même temps que je franchis la barre des 100kms et me permet donc une bonne pause réparatrice pour soulager les jambes et les fesses endolories par le voyage. La fatigue accumulée depuis le début de ce biking trip commence à vraiment se faire ressentir, et cette longue journée de vélo ne fait rien pour arranger les choses.

Toujours tout droit au milieu de nul part

Les Saintes-Marie-du-Mont sont assez vite visitées, la ville n’est pas bien grande et au final pas grand-chose à y voir. Malgré la fatigue, il est donc temps de remonter sur le vélo pour se lancer dans la dernière grande portion de cette dure journée. Et quelle portion ! 40 kms en ligne droite jusque Arles. 40 kms sans croiser la moindre ville, le moindre village, quasiment aucun autochtone. 40 kms quand t’en as déjà fait 100. 40 kms putain !

1, 2, 3, 4 et on repart. Je démarre tranquillement pour me ménager, j’essaie d’aller à un rythme qui permet de ne pas trop pousser sur les jambes. Cette belle stratégie est cependant bien vite abandonnée devant les nuages qui s’amoncellent à l’horizon. De la pluie ? Tiens, ça faisait longtemps. Qui plus est, j’ai mal aux fesses à force de rester sur le vélo et je sens que rallier Arles risque d’être franchement compliqué.

J’essaie malgré tout de profiter des paysages, des vastes étendues d’herbe et d’eau à perte de vue, le milieu naturel sans aucune autre trace de civilisation qu’une simple route perdue au milieu de nul part. Je rejoins la piste cyclable de la ViaRhôna qui me permet de refaire de la vitesse sans être gêné par les voitures. Il faut dire que maintenant je ne croise plus grand monde, ce qui renforce un peu l’impression d’être loin de tout. 

Moustiques et pluie, le combo gagnant du jour

Je croise quand même quelques-unes des fameuses vaches de Camargue. Et quelques autres bébêtes dont je me serais bien passé aussi : les moustiques ! Disons même que je me suis carrément fait bouffer par les moustiques. Je découvrirai ainsi avec horreur le lendemain matin les nombreux boutons, et pas des petits, que ces horreurs s’apprêtent à m’infliger.

Mais pour l’instant je suis surtout concentré sur le fait d’arriver à bon port, et si possible avant la pluie. Raté. Et c’est donc reparti pour une parade de mode combo vélo-casque-k-way, de toute beauté. Mais bon, ça avance, ça avance. Pas assez vite à mon goût, mais j’y arrive. Arles pointe enfin le bout de son clocher, et c’est donc trempé mais soulagé que j’arrive à mon lieu d’étape pour la nuit.

Une seconde douche, mais pas à l’eau de pluie cette fois, un bon repas (oui ce kebab était largement mérité je trouve !), une visite nocturne d’Arles, et je retourne profiter d’un bon lit après ces quelques 148 kms (!!!). Arles est en effet une petite ville qui se visite assez rapidement, avec comme point d’intérêt majeur ses arènes et ses ruines.

La journée aura donc été riche en événements, entre la beauté des paysages et l’attaque de moustiques, entre le soleil se réverbérant sur l’azur et l’invariable pluie, entre la facilité du matin et les longs kms de l’après-midi. A la clé de nombreux nouveaux souvenirs plein la tête et une sacrée balade !

Prochain article : Une dernière grosse journée qui m’entrainera de nouveau en Camargue jusque la formidable ville fortifiée d’Aigues-Mortes, avant de rejoindre la Méditerranée pour une tournée des plages jusque Sète de Cœur !

PARTAGER CE POST

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu